Home » Normandie 1944 » SUJET 12: Traversée du Cotentin - USA » Un Sherman dans le Cotentin

Un Sherman dans le Cotentin

La maquette

Afin d'illustrer la bataille du Cotentin, j'ai choisi le char américain Sherman, modèle M4a1, édité par Italeri à l'échelle 1/35 (réf. 0225).
Ce char prendra place dans un diorama édité chez Heller (réf. 81250), constitué de bâtiments touchés par des bombardements, avec la présence de figurines elles-mêmes à l'échelle 1/35 (soldats américains et civils).
Mais avant de commencer le montage, ce petit résumé à propos de la traversée du Cotentin par l'Armée américaine.

La bataille du Cotentin, 7 au 26 juin 1944

Grâce au débarquement en Normandie, deux fronts sont ouverts par les alliés. Les Britanniques visent la Charnière de Caen. Quant aux Américains, les G.I. sont déployés dans le Cotentin.
Mission : prendre le port stratégique de Cherbourg, port en eaux profondes le plus proche des plages du débarquement, ce qui permettrait un ravitaillement efficace des troupes.
Face à eux, l’armée allemande oppose une forte résistance à Carentan et à Montebourg. Barneville est libérée le 18 juin 1944, ce qui provoque l’isolement de quatre divisions allemandes autour de Cherbourg, soit 40.000 soldats. Dans ce but, il est impératif de prendre Carentan, première ville importante de la presqu’île du Cotentin.

Film sur la libération de Carentan le 12 juin 1944

Dès le 6 juin, la ville est bombardée par les alliés. Le 9 juin, l’artillerie allemande bloque l’avancée des Américains. Et il faudra l’intervention des parachutistes de la 101ème division aéroportée le 12 juin pour permettre aux Américains d’entrer dans Carentan. Suivant la RN 13, direction Cherbourg ! Ce même 12 juin, Saint-Marcouf est libéré. Mais il faudra huit jours de combats violents pour libérer Montebourg qui ne sera qu’un champ de ruines.

Le Cotentin coupé en deux

N'arrivant pas à prendre Montebourg, le général Joseph Collins prend la décision d'isoler les troupes allemandes du Cotentin en lançant son VIIe corps plein ouest, en direction de Saint-Sauveur-le-Vicomte, qui est libérée le 16 juin.
Dans la nuit du 17 au 18 juin, les G.I. de la 9ème division américaine atteignent Barneville, isolant ainsi près de 40.000 soldats de la Wehrmacht au nord de la presqu'île du Cotentin. Les habitants de Barneville et de Bricquebec sont libérés sans tirer un coup de feu. Le 19 juin, les trois divisions du VIIème corps d'armée du général Collins continuent de progresser en direction du nord. Les Allemands se replient autour de Cherbourg.
Le 20 juin, les communes de Valognes et de Montebourg sont libérées. Le 21 juin, ce sera le tour du Val-de-Saire, de Saint-Vaast-la-Hougue et de Barfleur. Les Américains lancent un ultimatum au général Karl-Wilhelm Von Schlieben. Face au silence du commandement allemand, le général Collins lance son offensive sur Cherbourg.

Le 26 juin, le Contre-Amiral Walter Hennecke et le Général von Schlieben signent la capitulation à Yvetôt-Bocage. Les derniers soldats allemands ne quittent l'arsenal que le 27 juin, alors que les Américains contrôlent Cherbourg depuis deux jours...

Fiche technique du Sherman M4a1

Production : 6 281 unités de février 1942 à décembre 1943

Motorisation : Continental R975 C1 de 400 Ch. / Conso: 412 litres aux 100 (réservoir de 796 litres)
Vitesse maximale : 34 km/h
Autonomie : 193 km

Équipage : 5 hommes
Masse : 30,3 tonnes / Pression au sol: 0.96 kg/cm²

Longueur : 5,84 m

Largeur : 2,62 m

Hauteur : 2,74 m

Blindage minimum : 19 mm / maximum : 76 mm
Armement : Canon M3 de 75 mm ; mitrailleuse MG HB M2 de calibre .50 ; 2 mitrailleuses MG Browning M1919 A4 de calibre .3.

Quand la quantité l'emporte sur la qualité

L'offensive allemande du Blitzkrieg en mai et juin 1940 et l'attaque de l'U.R.S.S. par le IIIème Reich font comprendre aux américains qu'en cas d'entrée en guerre, il sera indispensable à l'US Army de disposer de chars capables de combattre les Tigres allemands.

Provenant du char M3 "Grant", le char "Sherman" connaît quelques améliorations comme un nouveau modèle de canon de 76 mm remplaçant le 37 mm de son prédécesseur.

Afin d'affronter plus efficacement les chars allemands, le M4a1 reçoit une nouvelle tourelle, et des blindages supplémentaires.

Fabriqué à 3400 exemplaires dès janvier 1944, son blindage s'avère pourtant insuffisant. Face à ce constat, les équipages de char Sherman ajouteront des sacs de sable ou bien des morceaux de chenille aux endroits les plus vulnérables.

Néanmoins, ces mêmes équipages pouvaient compter sur une mobilité exceptionnelle et une puissance de feu non négligeable avec le canon de 76 mm.

Le char Sherman équipera les armées britannique, canadienne et française dont la 2ème DB du Général Leclerc.

Construction de la maquette

Depuis le 3 février 2024, nous voilà partis sur le chemin de la création du Sherman M4a1 !

Et on débute par les trains de roulement.

Avantage chez le Sherman : on est sûr que les trains seront tous alignés !

 

 

Partie supérieure du Sherman

On attaque l'assemblage de la tourelle et de la partie supérieure du char.

Place à la peinture

J'utilise l'olive drab produit chez Tamiya (XF-62).

Sur une prochaine couche, j'éclaircirai quelques parties du char en y ajoutant la couleur buff, toujours chez Tamiya (XF-57).

70% en olive drab, 30 % en buff.

Place à l'effet de fonderie

Première pour moi, reproduire un effet de fonderie !

J'ai appliqué la méthode déjà vue dans des vidéos de Plastikdream : mélanger du putty de Tamiya avec de la colle extrafluide de la même marque.

On obtient un mélange assez fluide que l'on passe sur le plastique de la pièce concernée, en tapotant sur toute la surface concernée à l'aide d'un pinceau (j'ai pris un pinceau de premier prix afin de le sacrifier à cette tâche. Mais une fois nettoyé à l'acétone, on peut encore lui confier cette étape qu'il assurera avec efficacité).

Au premier abord, l'aspect n'est pas très attrayant. Mais une fois le primaire d'accrochage passé sur la pièce concernée, cette technique donne un rendu très satisfaisant (je vous avoue que j'aurais même dû accentuer l'effet...).

Effet de fonderie sur la tourelle et la partie supérieure du char.

Olive drab !

Avec le blanc mat de Tamiya,(XF-2), passage à certains endroits afin de préparer des zones qui seront plus claires que d'autres.

L'effet n'est pas si mauvais. Cependant, un éclairci produit à partir d'olive drab de Tamiya (XF-62) à 70% et de buff (XF-57) à 30%, sur certaines zones peintes en olive drab à 100 %, permettra d'obtenir un meilleur résultat.

Montage de la tourelle avec la partie supérieure du Sherman

Je me suis attaché à peindre l'intérieur de la tourelle en blanc brillant à l'aide d'un pinceau (cf. gamme Model Color de Vallejo n°70.842).

Il restera à peindre la mitrailleuse et l'intérieur des sas de la tourelle, avant les étapes suivantes : passage du X-22, pose des décalcs, passage d'un jus maison (peinture à l'huile mélangée à de l'essence Zippo) sans oublier l'ensemble des étapes du vieillissement (poussière avec pigments de la marque Vallejo, etc.).

Les chenilles

Je commence à traiter les chenilles avec un lavis de chez AMMO, Track Wash, qui donne un aspect sali, voire quelque peu oxydé.

J'accentuerai avec des effets de boue à l'aide de pigments de la marque Vallejo.

Gros plan sur le canon de 75 mm

Même si, une fois assemblé, on ne distinguera pas les détails, j'ai préféré peindre entièrement la partie du canon placée dans la tourelle du char.

Peinture blanc brillant de Vallejo Model Color (70.842) et gris métal enamel de Humbrol n°53.

Assemblage du Sherman

Sherman assemblé !

Prochaine étape : vieillissement de la peinture avec 4 doses de XF-62 de Tamiya (olive drab), 1 dose de XF-78 (bois brun clair).

60% de dilluant et 40% de peinture, pression de l'aérographe à 1,25 bar (18 psi).

Puis couche de X22 de Tamiya, et pose des décalcs.

Suivre Pascal Gensous:
J'ai découvert le maquettisme en 1980. Après un long arrêt et la découverte de la chaine Plastikdream, je m'y suis remis comme un quasi-débutant. Passionné par l'Histoire en général, et le XXème siècle en particulier.
Derniers billets de
4.3 21 votes
Évaluation de l'article
6 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Jean-Pierre Mazy
Auteur D2MM
29 janvier 2024 11h00

Excellent historique, vivement le montage de ce char emblématique.

Laurent074
Invité
Laurent074
12 janvier 2024 17h50

C’est peut-être une caisse sur roue, comme diront certains, ;-). Mais un spécimen qui a fait preuve d’évolution et de longévité au cours de ce conflit. Vivement la présentation du diaporama.

Christophe Desforges
Auteur D2MM
7 janvier 2024 15h30

Ca va être un diorama sympathique, hâte de voir la suite.

Martial HELLO
Invité
Martial HELLO
5 janvier 2024 0h14

Hâte de voir comment ce char mythique va être mis en valeur

Frédéric Triou
Auteur D2MM
2 janvier 2024 15h52

Un épisode clé avec un blindé très représentatif.