Home » Normandie 1944 » SUJET 16: Div. Blindés US - Gén. Patton » La libération de Saint-Denis-Le-Gast

La libération de Saint-Denis-Le-Gast

Préambule

 

En premier lieu je tiens à remercier Didier Lefebvre de nous permettre de rendre hommage aux femmes et aux hommes qui ont permit par leur bravoure et leur engagement de libérer notre pays il y a 80 ans de ça, en nous permettant de réaliser maquettes et dioramas et de mettre à disposition du public nos modestes articles.

Le temps faisant son œuvre, nos mémoires vivantes, acteurs et témoins de la guerre, sont de moins nombreux. Le jour venant, quand tous auront disparu, il nous restera ça.

 

Introduction :

Mon projet pour cet article est la réalisation d'un diorama comportant un M5A1 Stuart de la 2th Armored Division, quelques figurines, un bâtiment et éventuellement un autre véhicule à définir selon mon inspiration et la place disponible.

J'y reviendrai en détail au fur et à mesure du montage.

La 2th Armored Division en résumé:

Connue sous le surnom "Hell on Wheels", la 2nd Armored Division demeure un chapitre incontournable de l'histoire militaire américaine. Engagée dans des rôles cruciaux lors de la Seconde Guerre mondiale, elle a laissé son empreinte sur les invasions de l'Allemagne, de l'Afrique du Nord et de la Sicile, ainsi que dans la libération de la France, de la Belgique et des Pays-Bas. Après ses faits d'armes, la division a trouvé son principal bastion à Fort Hood, au Texas, avec une brigade renforcée en poste avancé à Garlstedt, en Allemagne de l'Ouest, au cours de la Guerre froide. Cependant, après son engagement dans la Guerre du Golfe Persique, la division a été désactivée en 1995.

Issue de la restructuration de la Brigade Blindée Provisoire (Provisional Tank Brigade ), le 15 juillet 1940, à Fort Benning (aujourd'hui Fort Moore) en Géorgie, la 2nd Armored Division a rapidement émergée comme un acteur clé.

Sous le commandement initial du Major Général Charles L. Scott, suivi du Brigadier Général George S. Patton Jr., elle a joué un rôle majeur dans des opérations aux côtés des Première, Septième et Neuvième Armées tout au long de la guerre.

La division a marqué un tournant décisif lors du débarquement en Normandie le 9 juin 1944 depuis Omaha Beach, opérant dans la péninsule du Cotentin et formant le flanc droit de l'Opération Cobra. Ses exploits incluent l'encerclement réussi de la 2e Division SS Panzer Das Reich et de la 17e Division SS Panzergrenadier Götz von Berlichingen à Roncey, avec la destruction de la majeure partie de leur matériel blindé.

La 2nd Armored Division a également été active à La Chapelle, engageant une colonne de la 2e Division SS Panzer à bout portant, infligeant des pertes sévères et détruisant un grand nombre de véhicules allemands.

La campagne a continué avec l'engagement d'une autre colonne ennemie au-delà de la ville, où la 2nd Armored Division a éliminé 1 150 soldats allemands, détruit 96 véhicules blindés et camions supplémentaires. Au total, la division américaine a détruit 64 chars et 538 autres véhicules allemands au cours de l'Opération Cobra, subissant elle-même la perte de 49 de ses chars.

L'impact de la 2nd Armored Division ne s'est pas limité à la Normandie. Elle a joué un rôle clé dans la contre-attaque allemande sur Avranches, avant de traverser la France avec le reste de la Première Armée et d'atteindre le canal Albert en Belgique le 8 septembre. Franchissant la frontière allemande près de Sittard, elle a pris des positions défensives près de Geilenkirchen, avant de lancer une offensive réussie sur la Ligne Siegfried en octobre, franchissant la rivière Wurm, capturant Puffendorf le 16 novembre, puis Barmen le 28 novembre.

La reconnaissance des efforts de la division ne s'est pas fait attendre. Avec 9 369 distinctions individuelles, dont plus de 6000 Purple Heart, deux Medals of Honnor et vingt-trois Distinguished Service Crosses, ainsi que 2 302 Silver Stars, la 2nd Armored Division a également été citée à deux reprises par le gouvernement belge.

Pour les cinquante années suivantes, ses soldats ont arboré fièrement la fourragère de la Croix de Guerre belge.

Le contexte :

Après avoir progressé dans le bocage normand grâce aux équipements mis en place par le général Patton sur les blindés (les célèbres rhinocéros), la 2th AD, alors commandé par le Major General Edward H. Brooks, reçoit l'ordre de s'emparer de la commune de Saint-Denis-le-Gast.

Le 28 juillet, après deux jours de combats, le Combat Command B se voit assigner la mission d'installer des barrages routiers entre Saint-Denis-le-Gast et Lengronne pour empêcher une sortie par le Sud des forces allemandes de la Panzer Lehr Division, alors contenues dans la "poche de Roncey".

Le 29 juillet, entrant dans le village occupé par l'ouest, les éléments du 41st Infentry Regiment entament les combats alors qu'un sergent à bord d'un half-track de reconnaissance désigne les cibles. Un canon anti-char et un Panzer IV (identifié 831, 8e compagnie) sont rapidement neutralisés, puis le 67th Armored Division entre à son tour dans le village.

A bord de son char Sherman, le lieutenant Clifton Coe ouvre le feu en direction de la zone de combats mais l'un de ses tirs touche le half-track et le sergent est tué par ce tir ami.

Plus tard dans la journée, avisant un mouvement derrière une fenêtre et pensant à la présence d'un sniper allemand, le soldat Gilbert V. White ouvre le feu, blessant mortellement Mme Alexandre Guenier, 61 ans, qui décèdera de ses blessures causées par les éclats de verre de la fenêtre.

Le soir venu, alerté de mouvements de troupes et de blindés et toujours pour prévenir une retraite allemande de la Poche de Roncey, un escadron de la CCB renforcé par un un chasseur de chars TD M-10 du 702nd Tank Destroyer Battalion ainsi que des fantassins de la compagnie B du 41st Infantry Regiment restent en position dans le village pendant que le reste de la compagnie en sécurise les abords.

Durant la nuit, les forces allemandes tentent une percée et les combats à courte portée font rage, surprenant les américains par un déluge de feu et entrainant la déroute de la compagnie US dans la lumière des fusées éclairantes. Seules quelques unités restent sur place et résistent vaillamment.

A 3h15 du matin, le char M5 du sergent Charles D. Tanner, déjà détérioré par un canon automoteur allemand pendant le combats de la nuit, est de nouveau touché par un obus au niveau de la tourelle.

Le sergent Tanner, grièvement blessé, est extrait par son pilote John Kapanowski, décède à proximité de son char à l'entrée Nord du village qui est alors repris par les forces ennemies qui en profitent pour évacuer leurs troupes et une partie de leurs blindés.

Au matin, la 2th AD pénètre prudemment de nouveau dans Saint-Denis, s'attendant à être accueillis par les troupes allemandes exfiltrées pendant la nuit mais ceux-ci ont abandonné le village.

Les troupes américaines profitent de ce répits pour reprendre des forces et se ravitailler.

Le sergent Tanner sera décoré de la Silver Star et de la Croix de Guerre à titre posthume pour sa résistance héroïque dans Saint-Denis-le-Gast aux premières heures du 30 juillet 1944.

Le projet :

La photo ci-contre à gauche nous montre une maisonnette à priori située sur la D38 selon le titre de celle-ci, devant laquelle des soldats US tiennent en joue des prisonniers.

La D38 se trouve être l'axe Nord-Sud traversant Saint-Denis-le-Gast mais malgré mes recherches je n'ai pas pu retrouver l'endroit exact. En revanche, à quelques kilomètre de là, sur la D538, j'ai pu identifier un bâtiment en tout points semblable et qui me servira de modèle pour mon diorama (photo de droite).

Celui-ci sera donc constitué d'une route bordée de haies plus ou moins hautes, d'un à deux véhicules blindés et de quelques figurines dont la posture et le comportement restent à définir.

En effet, si le décors est clair dans mon esprit, j'ai besoin de le voir concrètement pour affiner les détails.

Le kit :

Le modèle représenté est un char léger M5A1 TAMIYA à l'échelle 1/35.

Il s'agit du boitage n°35313 de 2010 incluant figurines et armement.

Le moule est cependant daté de 1977 et accuse clairement son âge...certains ajustements sont un certes peu hasardeux mais c'est sur le flash et la présence constante de lignes de moulage que c'est le plus visible.

Chaque pièce, quelle que soit sa taille, doit être soigneusement nettoyée et les pièces de toute une grappe sont décalées en leur sens, un calvaire quand il s'agit d'un canon de mitrailleuse!

Le kit sera monté sans add-on dans un premier temps, cependant quelques modifications seront apportées pour plus de finesse et de réalisme.

Dans la mesure où je ne suis pas coutumier de ce genre de montages à chenilles, vous me pardonnerez les éventuelles erreurs que je pourrait commettre je l'espère 😉

Le M5A1 Stuart : Un Héros Méconnu du Débarquement en Normandie

Au cœur des batailles les plus cruciales de la Seconde Guerre mondiale, le M5A1 se distingue comme un joyau de l'ingénierie militaire. Connu pour sa maniabilité exceptionnelle et sa polyvalence, ce char léger américain a joué un rôle vital, en particulier lors du débarquement en Normandie, laissant une empreinte indélébile sur l'histoire des conflits.

Surnommé le Stuart, a été conçu pour répondre aux besoins d'une guerre mobile. Avec son moteur à essence Guiberson T-1020 propulsant ses 15 tonnes, ce char léger pouvait atteindre une vitesse maximale de 58 km/h. Armé d'un canon M6 de 37 mm et d'une mitrailleuse M1919 de 7,62 mm, le Stuart était bien équipé pour les engagements au sol, offrant une combinaison létale de puissance de feu et de mobilité.

Le Stuart a joué un rôle crucial lors du débarquement en Normandie le 6 juin 1944. Bien que souvent éclipsé par les chars plus imposants, sa maniabilité a été un atout majeur dans les premières phases de l'assaut. Les unités de Stuart ont été déployées pour fournir un soutien rapproché aux troupes débarquées sur les plages du détroit de Normandie.

Sa taille compacte a permis au Stuart de naviguer habilement à travers les obstacles du champ de bataille, offrant un appui-feu essentiel aux forces alliées. Son rôle principal était d'assurer la reconnaissance, de débusquer les positions ennemies, et de maintenir une communication fluide entre les différentes unités. Sa présence a été cruciale pour sécuriser les positions nouvellement conquises et pour repousser les contre-attaques ennemies.

Le M5A1 Stuart, bien que léger en comparaison avec certains de ses homologues, a contribué de manière significative au succès du débarquement en Normandie. Son agilité a permis de surmonter les défis du terrain et de fournir un soutien vital aux troupes alliées dans les moments critiques. En reconnaissance de son rôle, le Stuart mérite d'être reconnu comme un héros méconnu de l'une des opérations les plus décisives de la Seconde Guerre mondiale.

Aujourd'hui, le M5A1 Stuart continue de symboliser la bravoure et l'ingéniosité qui ont caractérisé la victoire alliée. Son engagement intrépide dans les heures cruciales du débarquement en Normandie reste un témoignage de la contribution inestimable des chars légers dans les moments charnières de l'histoire militaire.

Attention, à partir d'ici les galeries seront mises à jour au fur et à mesure du montage.

Si celui-ci vous intéresse, n'hésitez pas à regarder les évolutions au fil des mises à jour 😉

LE MONTAGE

Les barbotins :

Pour commencer, je colle simplement les deux pièces qui composent chaque barbotin après avoir nettoyé les pièces.

Ceux-ci sont réservés et ne seront mit en place qu'en fin de montage pour faciliter l'installation des chenilles.

Les bogies :

Les bogies quant à eux sont assemblés après avoir taillé grossièrement les bandages de roues au scalpel parce que traverser le bocage et les haies, ça laisse des traces!

J'ai juste utilisé du mastic sut la partie supérieure afin d'égaliser la surface.

Les galets tendeurs :

Concernant les galets tendeurs, ils nécessitent d'avantage de travail pour gagner en réalisme.

Tamiya nous fournit en effet une surface parfaitement plane à la place du mécanisme en demi-cercle qu'on peut voir sur la photo de référence.

Pour rectifier ça, après collage et ponçage je creuse la forme avec une fraise très fine puis je nettoie les scories avec de la colle fluide.

Les défauts seront corrigés alors du vieillissement du modèle.

La caisse inferieure :

Peu de pièces ici, il a quand même fallut que j'utilise le mastic pour intégrer les axes de barbotins.

La petite spécificité du modèle est la lame avant témoignant de la traversée des bocages normands par cette unité.

Le moulage des roulettes de chenilles laisse à désirer, aucune symétrie...heureusement ils ne seront que peu visibles.

La caisse supérieure :

Le blindage principal du véhicule est ici constitué principalement de 4 parties : la caisse, le blindage arrière, le blindage avant avec sa mitrailleuse et le support de tourelle et pour finir les jupes latérales.

Tout s'ajuste bien mais j'ai remplacé les différentes poignées par du fil de cuivre pour gagner en finesse. Les trous de placement seront comblés avec du mastic mais je ne maitrise pas la technique et je vais donc devoir travailler les salissures pour rattraper les défauts.

Egalement, je vais reprendre voir créer certaines lignes de soudure à l'aide de putty bi-composant Tamiya. Plusieurs essais devront être réalisé et il me faudra du temps et les conseils avisés de Jean Frederic Villatte pour obtenir un résultat un minimum satisfaisant. Là encore, il reste du boulot de perfectionnement !

Le lot de bord est tout de suite mit en place et sera peint au pinceau.

La tourelle :

Le montage de la tourelle demande un peu d'attention et de précision car celle-ci se présente comme un puzzle composé de 7 pièces principales (hors canon) qu'il va falloir placer avec précision afin d'avoir une fermeture correcte du bloc.

Là encore je refais quelques lignes de soudures avant de mettre en place les accessoires.

A ce stade les trappes ne sont pas fixées car j'attends de recevoir mes figurines pour confirmer ma mise en scène.

Suivre Julien Waltregny:
Agé de 42 ans, je suis maquettiste depuis Octobre 2020, je réalise principalement des avions, d'abord à hélices, mais également des jets dans le futur. Je ne m'interdit pas non plus de réaliser des blindés à l'occasion et souhaite me lancer dans le diorama.
Derniers billets de
4 10 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

8 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Christophe Desforges
Auteur D2MM
18 février 2024 14h29

Voila un sujet intéressant, j’aime beaucoup ce petit char qui est trop souvent délaissé au profit du M4 Sherman.
J’ai prit mon abonnement pour ne rien loupé

Bravo à toi

Carpiot03
Auteur D2MM
6 février 2024 23h05

un beau sujet avec une très belle mise en page ça promet

Martial HELLO
Invité
Martial HELLO
12 janvier 2024 9h43

Je ne manquerai pas de suivre ton article Julien

Jacques Petyt
Auteur D2MM
11 janvier 2024 10h59

Super historique et bon projet vivement la suite avec impatience

Propeller63
Auteur D2MM
8 janvier 2024 0h00

Salut Julien Voilà un diorama qui promet…Bon montage !

Floppy
Auteur D2MM
6 janvier 2024 14h48

Super Julien, je m’abonne a ton article que je vais suis avec toute mon attention.

Didier Lefebvre
Administrateur
6 janvier 2024 11h47

Belle historique, ca commence bien, hâte de voir la suite 😉