Home » Normandie 1944 » SUJET 03: Plage UTAH - USA » L’assaut du manoir de Brécourt

L’assaut du manoir de Brécourt

Chers lecteurs, je vais vous présenter dans cet article par le biais de la réalisation d'un diorama que je réalise,
un passage important de notre histoire qui c'est déroulé lors du Débarquement en Normandie le 6 juin 1944.

Chapitre 1 - Le Débarquement

Le débarquement de Normandie est une opération militaire alliée de la Seconde Guerre mondiale lancée dans la nuit du 5 au 6 juin 1944 qui marque le début de l'opération "Overlord" qui inclut les opérations aéroportées pendant la nuit du 6 juin ainsi que les bombardements préparatoires aériens et navals des défenses côtières allemandes, ainsi que la traversée de la Manche par plusieurs milliers de navires, et enfin le débarquement des troupes dès le 6 juin au matin (« Jour J ») sur les plages du nord-est du Cotentin et de l'ouest du Calvados dans les secteurs, d'ouest en est, d'Utah Beach et Omaha Beach, et de la pointe du Hoc pour les Américains, de Gold Beach pour les Britanniques, de Juno Beach pour les Canadiens, et de Sword Beach pour les Britanniques en y incluant les Français libres des commandos Kieffer.

Mon histoire va se dérouler principalement sur la zone d'UTAH Beach et plus précisément sur la Commune de Sainte-Marie-du-Mont.

 

Chapitre 2 - Le parachutage

Au début, la mission des parachutistes est de sécuriser les quatre routes permettant un accès à la plage nommée "UTAH Beach", de détruire toutes positions ennemies et de s'emparer de certains ponts, tout cela afin de faciliter le passage des troupes qui débarqueront. La compagnie du 506ème régiment d'infanterie de parachutiste de la 101ème division aéroportée nommée "La Easy Company" est toute désignée pour effectuer cette mission. Transportée à bord de huit avions et parachutée parfois loin de leur zone de saut prévue, les hommes se retrouvent dispersés et passent une grande partie de la nuit à se regrouper.  À l'aube, les parachutistes parviennent à se rassembler au hameau du Grand Chemin, sur la commune de Sainte-Marie-du-Mont.

Mon histoire commence ici avec ces Hommes.

Chapitre 3 - La Mission

L’état-major de la division fait savoir qu’une batterie d’artillerie allemande pilonne l’une des voies de sortie d’Utah Beach qui empêche les troupes de la 4e division d’infanterie d’avancer. Le régiment est donc chargé de détruire la position ennemie afin d’ouvrir le passage. Le commandement désigne pour cette mission le lieutenant Winters qui dirige une section de la Easy Company. Sans briefing et avec pour seule instruction de détruire les canons, initialement désignés comme étant des 88mm, Winters effectue une reconnaissance vers 8h30 qui lui permet de localiser la haie derrière laquelle se cache la batterie, mais ne lui laisse aucune idée sur le détail des forces en présence. De retour au Hameau du Grand Chemin, il forme un groupe de 12 hommes avec lesquels il va lancer l’assaut.

Mon histoire représente ce théâtre d'opération.

La compagnie du 506ème régiment d'infanterie parachutiste de la 101ème division aéroportée posent pour une photo à Sainte Marie Du Mont en Normandie le 7 juin 1944.

Chapitre 4 - Le Lieu

Ils arrivent à proximité des haies qui entourent un champ. Au sud du champs se dresse le manoir de Brécourt. Winters et ses hommes se postent afin d’avoir une meilleure vision du dispositif ennemi.

La batterie d'artillerie Allemande est composée d'une soixante d’hommes du 90e régiment d’artillerie, qui protègent en fait quatre canons de 105mm leFH 18/40 dissimulés derrière une haie et reliés entre eux par un réseau de tranchées. Ces canons sont également protégés et par plusieurs mitrailleuses MG42 placées en couverture à l'arrière des canons.

Le Lieutenant Winters place deux mitrailleuses M1919 dans une haie face à celle où sont postés les canons. Les sergents Myron Ranney et Carwood Lipton passent sur le côté des canons et se postent au nord du champ. Ceci afin d’établir une zone de tir couvrant aussi bien les pièces d’artillerie que les MG42.

 

Ci dessous les photos actuelles des lieux avec quelques indications des batteries d'artillerie.

Chapitre 5 - L'attaque

Le lieutenant Buck Compton, le sergent Bill Guarnere et ses hommes neutralisent un nid de mitrailleuse à l’entrée nord du réseau de tranchées. Ceci afin d’assurer une troisième couverture. C’est alors que les trois groupes ouvrent un feu nourri afin d’affaiblir les défenses allemandes. Winters et le reste des hommes longent la haie sur les côtés, traversent à découvert en face des canons, et entrent dans la haie pour s’introduire dans la tranchée.

Rapidement débordés, les Allemands se replient sur le deuxième canon. Les américains peuvent alors détruire la première pièces d’artillerie avec un pain de TNT. L’ennemi commence à riposter depuis ses positions. D’abord avec la mitrailleuse, et ensuite depuis le second canon. Les hommes de Winters progressent dans la tranchée, et s’emparent du second canon. A proximité il découvre une carte indiquant l’emplacement de toutes les batteries d’artillerie positionnées dans le Cotentin. Les deux Mitrailleuses lourdes rejoignent la tranchée. Maintenant elles doivent ouvrir le feu sur les MG42. L’assaut continue en direction du troisième canon. John Hall fait parti de la Able company, et a rejoint la Easy compagny après avoir perdu son unité lors du parachutage. Il est tué lors de l’assaut. Winters et ses soldats détruisent le troisième canon. Pendant de temps le lieutenant Ronald Speirs de la Dog Company les rejoint. C’est lui et ses hommes qui mènent l’assaut contre le quatrième canon. Ces derniers s’exposent dangereusement au feu ennemi en courant hors des tranchées. Les quatre canons sont détruits. Mission accomplie pour la Easy company. Les soldats américains rompent le contact et rejoignent le hameau du Grand Chemin. Deux chars Sherman doivent détruire les mitrailleuses restantes. Ainsi que les derniers résistants allemands réfugiés dans le manoir.

Chapitre 6 - Le Bilan

Lors de l’attaque sur le Manoir de Brécourt, on dénombre un mort, le soldat John D. Hall, et un blessé le soldat Robert “Popeye” Wynn. Côté allemand le bilan est lourd, on compte 20 morts et 12 blessés. Grâce à l’action des parachutistes, en particulier la destruction des canons de Brécourt, les troupes débarquées à Utah Beach ne subirent que relativement peu de pertes.

Le colonel Sink recommande le lieutenant Winters pour l'attribution de la Medal of Honor, en vain, celui-ci recevant cependant la Distinguished Service Cross. La technique employée par Winters est d'une telle efficacité qu'elle est encore étudiée de nos jours. L'Académie militaire de West Point l'enseigne à ses cadets et la méthode de combat de l'infanterie de l'armée de terre française telle que définie dans le manuel d'emploi de la section d'infanterie, avec ses phases d'appui, couverture, assaut et rupture de contact, se rapproche de la méthode employée à Brécourt.

Chapitre 7 - La retranscription

L'assaut du manoir de Brécourt est représenté dans l'épisode 2 de la série télévisée Band of Brothers qui retrace l'histoire de la Easy Company pendant la Seconde Guerre mondiale.

.

La sixième mission du jeu vidéo Call of Duty se nomme Brécourt et consiste à capturer quatre canons défendus par des soldats allemands.

Chapitre 8 - L'idée et les kits

Le diorama plutôt déjà grand sera fait à l'échelle du 1/35ème et c'est pourquoi je ne représenterai que 2 canons Allemands reliés entre eux par des tranchées représentatives avec le camouflage et quelques hommes, l'ensemble de la batterie de tir étant dans la réalité bien trop étalée sur plusieurs mètres pour être représentées à cette échelle.

Et donc après ce résumé, voici la présentation de mon idée de Diorama, la configuration de DEUX des Canons leFH 18/40 de 10,5cm Allemand présents lors de cet assaut avec une partie des tranchés leurs permettant de circuler à l'abri entre eux, bien cachés par les haies et des filets de camouflage.

Les deux Kits des canons sont de la marque AFV Club sont à l'échelle du 1/35ème.

Le tout accompagné de caisses à munitions et des munitions de la même marque et adapté à ces canons de 105mm.

Avec une amélioration avec des canons en laitons de la Marque "ABER" adaptable aux kits plastiques.

Et je vais imprimer en résine les Bouches de canon non fournis dans le kit proposé par "Edumardo" sur le site "Cults3D.

Chapitre 9 - Préparation du Diorama

9-1 Les Tranchées

Pour commencer mon Diorama, j'ai modélisé quelques "Banches" en bois pour faire des tranchées, pour la forme je me suis inspiré d'une photo d'un modèle plutôt simple probablement utilisé par les allemands en général.

L'idée principale étant des rondins de bois horizontaux bloqués par des plus gros rondins de bois verticaux.

J'ai donc modélisé deux types de taille que j'ai fusionné entre eux afin d'obtenir différents modules assez simples à mettre en place dans mon diorama.

Pour une raison de taille, la distance entre les deux canons est réduite afin de présenter deux canons (sur quatre) sur un même diorama.

Après l'impression 3d en résine des premiers éléments et un peu de peinture marron pour me faire à l'idée, le dessin et les formes du diorama commencent à prendre forme avec des espaces pour apporter les différents éléments à venir.

9-2 Les Sacs de sable

Afin de protéger les parties hautes (les têtes) de nombreux sac remplis de sable étaient très souvent utilisés par les soldats afin de stopper les balles.

Restant dans mon idée de mélanger maquettes classiques et impressions 3d, j'ai téléchargé via le site Cults3D et plus particulièrement un modeleur qui à pas mal d'objet d'accompagnement à nos maquettes.

Pour une somme de 9€ d'achat je dispose de nombreux fichiers de modèles 3D, cela me permet de choisir les configurations, positions et nombre de sac de sable sans être limité à une seule boite d'un fabricant, à chacune de mes idées j'imprime le nombre nécessaire de sac. Après une première idée des positions, une peinture suivie d'un jus sur les sacs permettra un petit avancement supplémentaire du diorama.

 

9-3 La végétation

Afin d'intégrer les canons dans un espace végétalisé, j'ai décider, comme à mon habitude de sortir des chemins habituels, l'impression 3D que j'aime beaucoup, me permets d'intégrer plusieurs éléments, mes techniques ne sont pas très académique, mais me procure du plaisir à chaque avancement.

J'ai donc effectué plusieurs tests avec différentes matières, des mousses, de l'éponge passé au mixer, des vrai feuilles découpées avec un perforateur en forme de feuille, des produits de flocage variés, parfois même, tout ça mélangé, collé parfois avec de la colle blanche posée au pinceau et parfois avec de la colle en bombe, un vrai mélange afin d'apprendre et de voir ce qui me plairai le plus.

Afin d'apporter un peu de diversité, j'ai testé de découpé à l'aide d'une machine des feuilles sur du papier ou j'ai collé de fil de soudure avec de pouvoir leurs faire prendre forme à ma convenance.

L'idée est plutôt simple à mettre en place, cela reste fragile, la difficulté restant à être proche de la réalité, j'en suis loin, mais pour une première fois, je suis content du résultat une fois intégré avec le reste de la scène.

Avec ce genre d'expérience, j'espère multiplier les espèces et modèles de plantes afin d'apporter dans d'autre diorama des variétés différentes.

J'apporte encore de l'impression 3D dans le diorama avec l'intégration de caisses de toutes sortent, une petite peinture, un jus noir pour faire ressortir les nervures, les caisses vides seront remplies d'équipement venant mes rabiots, grenades, gourdes, masques à gaz, bref tout ce qui va trainer en plus apportera plusieurs petites choses permettant de faire oublier mes erreurs.

J'ai également imprimé quelques souches d'arbres apportant une diversité supplémentaire.

J'ai également deux boites de ravitaillement à apporter et je pense rajouter pas mal de munitions pour les canons et des cartouches vides.

9-4 Les sols

Afin d'intégrer l'ensemble de mes éléments, j'ai découpé les formes voulues dans du polystyrène extrudé que j'ai collé à l'aide de la colle à bois, je viens ensuite badigeonner de l'enduit de rebouchage un peu partout, cette matière permets de "sculpter" tranquillement le terrain car le séchage est lent et progressif, de plus aucune fissure n'est créer au séchage complet.

9-5 Le flocage et la terre

Pour le flocage, j'ai volontairement décidé de ne pas utilisé la technique classique du "dresseur d'herbe", j'ai voulu tester une idée qui au final n'est pas d'une grande utilité, sauf pour une question de facilité de traitement dans le petit espace qui me sert d'atelier. Pour résumer, je scotche au dos du couvercle d'une boite du papier sulfurisé prenant la forme de mon terrain, j'applique de la colle blanche sur le papier, je mélange du flocage dans la boite que je referme, je remus l'ensemble dans tous les sens, à l'envers, à l'endroit, de gauche à droite et de droite à gauche, puis je tape l'ensemble afin de décroché le flocage qui n'aurait pas été pris dans la colle. Cela me permets après séchage et décollage du papier sulfurisé, des plaques de flocages que je peu découper et appliquer comme de la tapisserie sur un mur.

Certes cette technique est bizarre mais me convient bien pour ce coup la.

Pour la terre j'ai simplement tamisé de la vrai terre que je conserve au sec depuis pas mal de temps, j'applique un peu de colle et je soupoudre progressivement, je vaporise par dessus de la colle en bombe transparente "Cléopatre".

Mon idée commence à prendre forme

Et voici ma première étape de préparation du Diorama, j'ai pas l'habitude de commencé par ça, mais j'aime bien l'idée de m'aventurer dans des expériences nouvelles et variés. La phase de montage des kits va pouvoir commencer...

Les deux canons et leurs équipements sous les filets de camouflage avec les figurines viendrons recentrer l'idée principale de la batterie de tir, et l'environnement autour ne sera que du second plan qui je l'espère s'intègrera correctement.

Chapitre 10 - Le montage des 2 kits (Canon LeFH18 Howitzer German 105mm)

Le montage est plus complexe et surtout plus fragile que je l'imaginais, quasiment toutes les pièces sont petites et délicates à poncer et à coller. Chaque étape est à faire avec un montage à blanc assemblé d'une réflexion à la compréhension du livret d'assemblage peu explicite. Les photos et documentations des vrais canons sur internet m'aident beaucoup dans le bon choix des positionnements des pièces.

J'ai commencé par coller la bouche sur le canon en métal que j'ai imprimé en résine , j'ai suivi chaque étape à un rythme très lent, d'une part pour ne pas faire d'erreurs qui peuvent si vite arriver et d'autre part en fonction de mes temps libres disponibles, ma vie professionnelle et ma vie familiale passant en priorité. Et je l'avoue, j'adore imprimer et peindre des figurines variées, modéliser des objets pour mes besoins liés à la maquette (supports de pots, bidons, etc..), tout ceci me prend également du temps, mais on a toute l'année 2024 pour ce projet.

Ceci n'est que le montage du premier canon et j'attaquerai le deuxième une fois celui si terminé.

L'ajustement des roues n'étant pas parfait, et après la vérification des marques intérieures pour assembler les deux parties de roues ensemble, un énorme trou dans le centre du caoutchouc est bien dommageable, c'est pourquoi j'ai dû appliquer du "Mastique à Plastique Liquide" que j'ai laissé sécher et poncer afin de rendre les roues uniformes. Les roues seront traitées sans être collées au châssis du canon afin de pouvoir les peindre facilement sans manque particulier.

L'assemblage des deux "bras" est assez compliqué, le premier problème étant que le fabricant n'a pas effectué de miroir sur les bras, bien que dans la notice, ils font figurer deux pièces miroir, il n'en est rien, du ponçage et des collages non identifiables sont nécessaire. Je rappelle le nom de cette marque afin de prévenir mes amis maquettistes qui pourraient faire le choix de ce kit ou de cette marque que je ne prendrais plus, une erreur de ce genre n'est vraiment pas acceptable. ( AFV Club )

Et voici donc le premier canon dans son intégralité, la difficulté du montage du kit m'a fait faire quelques pauses tellement la notice est imparfaite et non explicite, certaines pièces sont trop fragiles par rapport au support de grappe et l'indication des positions incertaines. Même si un canon est toujours plus complexe et fourni en petits détails, ce kit est plutôt délicat à monter. La difficulté étant passée pour ce premier canon, le résultat reste correct dans l'ensemble, La détermination est nécessaire pour arriver à son terme.

L'ajout de la bouche de canon en résine imprimée par mes propres soins apporte à mon goût une touche non négligeable au kit que le fabricant aurait pu mettre en option directement dans la boîte. Pour information, ce "frein de bouche" de canon était présent sur ces canons sur ce site et permettait de tirer avec une intensité sans perdre en précision à chaque tir, son rôle premier est de dévier les gaz de propulsion pour diminuer les effets du recul et le relèvement de l'arme.

Chapitre 11 - Mise en peinture du 1er canon

Montage terminé du premier canon et préparation de la mise en peinture par l'application à l'aérographe d'un Primer Gris permettant une vue d'ensemble faisant ressortir les éventuels défauts et une accroche parfaite de la peinture à venir.

Après ce Primer gris, voici ma couche de peinture de base passée à l'aérographe, j'ai choisi la Tamiya XF60 Dark Yellow, puis j'ai adopté le camouflage allemand trois tons comme il devait être en Normandie à ce moment la, pour le marron, j'ai choisi un RAL 8017 appelé chez MIG Schokobraun A.MIG-0015 et pour le vert un RAL 6003 appelé Olivgrün A.MIG-0002. Un léger passage avec une éponge d'un mélange à ma convenance de Chipping A.MIG 0044, de Rust Tracks 0034 et de Dark Tracks 0035 pour faire quelques effets d'usure. J'ai passé également un vernis mate de chez VMS, en attendant un bon séchage à cœur pour passer plus tard un jus et des pigments.

Chapite 12 - Les Figurines

Même si le chapitre 11 précèdent sur le 1er canon n'est pas tout à fait terminé, je le complèterai à la suite de mon avancement, mais en parallèle je prépare les figurines.

Elles sont plutôt nombreuses afin de donner l'impression de mouvement sur ma scène plutôt statique, voici donc deux boites de chez Trumpeter avec des artilleurs au travail. J'en aurai tout autant pour le deuxième canon.

Le travail sur ces figurines est important, ce n'est pas mon fort, je colle, je ponce, je passe un primer quand même et je commence la peinture des figurines, je vais peindre les équipements à coté en solo et les rajouterai à la fin (masque à gaz, pelle, obus, tampon, etc...).

J'ai chercher et trouvé dans ma boite à rabiot une paire de jumelle périscopique sur trépied qui me tenais à cœur d'intégrer, c'est exactement dans ce genre de situation qu'elles étaient utilisées pour regarder à proche distance pour surveiller les abords des canons pendants que les tirs d'artillerie pilonnaient les plages UTAH Beach.

Restez indulgent sur la suite de ma mise en peinture de mes figurines car n'étant pas "figuriniste" mais plutôt un monteur de blindé à la base.

L'ensemble des figurines dans mon diorama permettra d'avoir les yeux toujours occupés à regarder quelque chose. De plus un filet de camouflage recouvra le tout afin de cacher les canons des avions (et donc de vos yeux perfectionnistes).

Affaire à suivre....

Suivre Floppy:
Je réalise de nombreuses maquettes suivant mon envie et mes idées à l'échelle du 1/35ème et plus particulièrement liés aux blindés car j'adore les chenilles et les gros camions. Très actif dans mon travail, je m'évade dès que possible grâce à la maquette et ces nombreuses facettes.
Derniers billets de
3 61 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

37 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Frédéric Triou
Auteur D2MM
11 mars 2024 20h52

Quelle avancée en peu de temps !

Doni
Auteur D2MM
6 février 2024 15h55

Très bien documenté et diorama très intéressant à réaliser – Bravo Floppy

yannick Christin
Invité
yannick Christin
29 janvier 2024 11h55

Bravo floppy, un article très intéressant et bien documenté , vivement la suite

Jean-Pierre Mazy
Auteur D2MM
26 janvier 2024 10h28

Bravo ! Excellente historique. Superbe diorama, vivement la suite

Frédéric Triou
Auteur D2MM
26 janvier 2024 10h25

Quel référence de flocage utilises-tu ?

Frédéric Triou
Auteur D2MM
26 janvier 2024 10h22

Magnifique Floppy, c’est impressionnant. Et merci pour les techniques partagées.

Cocagne
Auteur D2MM
15 janvier 2024 18h30

Salut Floppy,
C’est un très beau travail de recherche que tu as fait pour restituer l’atmosphère de cette mission bien spéciale.

ROUINVY
Invité
ROUINVY
13 janvier 2024 12h08

Excellent article Floppy. Le diorama promet beaucoup. Bon courage.

Laurent074
Invité
Laurent074
12 janvier 2024 18h03

Magnifique présentation et ravail sur ton projet. Hâte de voir et lire la suite.

Jacques Petyt
Auteur D2MM
10 janvier 2024 21h24

Une superbe présentation de ton historique et la mise en œuvre du projet avec le diorama hâte de voir la suite.

Jean-Frédéric Villatte
Auteur D2MM
8 janvier 2024 23h21

magnifique ton projet et quelle boulot sur la partie historique avec les petite vidéo qui vont bien ta maitrise de l’impression 3D est un plus pour ton projet une mise en scéne travaillé dans les moindre détails bravo à toi

Frédéric Triou
Auteur D2MM
8 janvier 2024 11h38

la question que je me pose: cette batterie a-t-elle un rapport avec la batterie du Holdy située à l’ouest de Saint Marie du Mont occupée par le II. Abteilung de l’Artillerie-Regiment 191 et équipée, aussi, de 4 obusiers de 105 ?

Christophe Desforges
Auteur D2MM
3 janvier 2024 21h42

Impressionnant Floppy tout ce que tu as fait en seulement 3 jours
Très beau projet de diorama

Propeller63
Auteur D2MM
3 janvier 2024 11h30

Bravo Floppy pour ton récit d’un assaut resté dans les annales militaires et puis que dire de tes impressions 3d…c’est juste impressionnant !

Philippe
Auteur D2MM
3 janvier 2024 6h52

Super projet…👍🏻
Hâte de voir la suite..😀
Currahee !!!

LEDZEP62 (Patrick)
Invité
LEDZEP62 (Patrick)
2 janvier 2024 18h09

Article passionnant qui atteint parfaitement l’objectif principal de ce site, rentre hommage aux hommes et femmes qui ont participé à la libération.
La partie historique est très bien documentée, avec une partie technique, juste ce qu’il faut, mais surtout une partie humaine avec des noms.
La partie « maquette » est génial et me fait découvrir ce que la technique 3D peut apporter dans notre hobby.

Frédéric Triou
Auteur D2MM
2 janvier 2024 12h26

Précision chirurgicale pour cet article passionnant.

Julien Waltregny
Auteur D2MM
2 janvier 2024 10h12

Très bel article Floppy, intéressant, bien construit!
Hâte de lire la suite !

Hello Martial
Auteur D2MM
2 janvier 2024 0h34

bravo Floppy. Merci également pour le tuyau des fichiers 3D, ca va aider pour la suite.

Eric Andre 69
Invité
Eric Andre 69
1 janvier 2024 21h04

Très intéressant ton article ,hâte de voir la continuité de ton dio ..

Joël Van Doren
Invité
Joël Van Doren
1 janvier 2024 17h32

Bonjour. Au printemps prochain, des fouilles seront entreprises à cet endroit.

Doni
Auteur D2MM
1 janvier 2024 15h51

Passionnant Floppy et très bien documenté

Didier Lefebvre
Administrateur
1 janvier 2024 14h15

Ca commence fort Floppy, ton article est parfait !

Sebastien Louÿs
Invité
1 janvier 2024 13h50

Superbe ton article Floppy.
Hâte de voir le montage.😉