Home » Normandie 2024 » SUJET 01: Préparation (GB) » Préparation des paras US avant le grand saut !

Préparation des paras US avant le grand saut !

HISTOIRE

Pour ce devoir de mémoire j' ai décidé de rendre hommage aux parachutistes américains de la 82ième et 101ième division aéroportée. Ils ont été avec les paras anglais et autres commandos français notamment les premiers au combat sur le sol français. Ils seront près de 13000 à embarquer dans plus de 800 avions C47. Les premiers seront les" pathfinders" les éclaireurs pour baliser les zones d'atterrissage.

La 82e (commandée par le général Ridgway) et la 101e (commandée par le général Taylor) sont formées en tant que divisions aéroportées en 1942. La 101e n’a pas connu, avant l’opération Overlord, de missions opérationnelles contrairement à la 82e qui a déjà été déployée le 9 juillet 1943 en Sicile : les entraînements aux Etats-Unis puis en Angleterre se succèdent pour que rien ne soit laissé au hasard.

Les Opérations "ALBANY" et "BOSTON" :

C'est le nom donné aux missions de transport des divisions parachutistes américaines vers la Normandie, ALBANY pour la 101ème et BOSTON pour la 82ème.

Pour la 101ème  432 C-47 "Dakota" du 50th  et 53rd Troop Carrier Wings (TCW). Ces appareils sont chargés de transporter les éclaireurs (“Pathfinders” en anglais) et le gros de la division, soit 6 928 parachutistes. A bord de chaque appareil les paras forment un "stick" de 15 à 18  hommes selon les équipements emportés.

Trois zones de saut sont affectées  "Drop Zone" DZ A ,C et D

Pour la 82ème  370 C-47"Dakota" du 52nd Troop Carrier Wings (TCW) emportent les éclaireurs et 6 420 parachutistes en stick de 15 à 18 hommes également.

Trois zones de saut DZ N, O et T

Pour les unités aéroportées américaines, trois objectifs majeurs sont définis par les généraux alliés : s’emparer des axes reliant la plage à l’intérieur des terres, tenir les carrefours routiers ainsi que les localités du secteur et enfin contrôler les deux seuls ponts sur le Merderet et sur la Douve.

Les Parachutages :

Lors du survol du Cotentin dans leur approche de l'objectif, les C-47 sont accueillis par une DCA allemande très fournie. Plusieurs dizaines d’appareils sont touchés et explosent en vol. D’autres s’écrasent au sol, le plus souvent avant que les parachutistes n’aient le temps de sortir. Des pilotes rompent les formations et décident de mettre le voyant vert en marche avant même que les DZ ne soient atteintes, créant une grande confusion dans les largages.

Beaucoup de parachutistes se retrouveront très éloignés de leur zone (DZ) et donc de leurs objectifs. Certains se perdent et erreront des jours avant de retrouver leur unité. D'autres moins chanceux vont se noyer dans les marais et les zones inondées où dans la Manche comme les camarades du Lieutenant F. R. Johnston et du soldat Niels Christensen qui seulement avec deux autres camarades seront les seuls survivants de leur appareil. Ils finiront au bord de la plage d'Omaha à la pointe du Hoc et combattront avec les Rangers du Lieutenant Colonel James E Rudder.https://youtu.be/oqaOJzY_H94  

D'autres épisodes malheureux auront lieu, la plus célèbre étant celui de la place de ST MERE EGLISE où une dizaine de paras de la 82ème seront tués à l'atterrissage, Le para JOHN STEELE restant accroché sur l'église. https://www.youtube.com/watch?v=dtdrWvf2zmU

Malgré cette désorganisation les parachutistes qui ont réussi leur atterrissage se reforment en unités combattantes pour atteindre leurs objectifs, harcelant les unités Allemandes.

Eparpillées sur tout le Sud - EST  du Cotentin les unités des deux divisions parachutistes finiront le 6 Juin à faire la jonction avec les troupes débarquées le matin, remplissant leur rôle.

Bilan :

Malgré près de 50% de pertes la 82ème et la 101ème aéroportée ont globalement accomplies toutes les missions désignées. Avec les missions aéroportées par planeur, "Chicago" et "Detroit" puis "Keokuk" et "Almira" c'est près de 2500 hommes qui seront tués, blessés ou disparus après cet assaut.

Anecdote :

Pour cet assaut aéroporté un très grand nombre de moyens de transport furent nécessaire ( le fameux "DAKOTA" comme principal avion de largage et les planeurs WACO ET HORSA) Cependant  il n'y eu pas assez d'avions pour tracter les planeurs, ainsi les hommes du  327 th Glider infantry regiment appartenant à la 101 aéroportée arrivèrent en Normandie en débarquant avec la 4ième division d'infanterie sur la plage d' UTAH BEACH ce 6 juin.

 

 

 

Ce 5 juin 1944 la 82 ième et 101 ième aéroportée américaine se préparent à l'embarquement pour le grand saut. Le général Einsenhower "Ike" est venu en personne les voir, on lui a prédit 80% de pertes dans les rangs. L'instant est solennel. (photo US Army)
Photo: US National Archives

LE KIT

J'ai choisi des figurines au 1/35 en résine (impression 3d) , bien détaillées dans différentes pauses et avec tous les équipements.

Je vais réaliser ces figurines de parachutistes lors de leur préparation avant l'embarquement dans leur C-47. Cette journée du 5 juin 1944. Moment simple où ces hommes s'équipent lourdement avant d'embarquer dans leurs appareils vers leur destination : La NORMANDIE  

Une petite scénette d'abord de deux "Filthy Thirteen " hommes de la 101ième célèbres pour leur coupe de cheveux à l'iroquois. Et deux autres petites vignettes, l'une d'un groupe de la 82ème et une dernière de la 101ème.

 

LES "FILTHY THIRTEEN"

Je commencerai par un des paras les plus reconnaissable des photos du 5 juin, celui à la coiffe iroquoise. Ces hommes étaient ceux des sections de démolition du 506e et du 326e Airborne Engineers appartenant à la 101 e aéroportée. La plus connue est celle de la 1ère section de démolition du 506 th parachute régiment , les "Filthy Thirteen"https://en.wikipedia.org/wiki/Filthy_Thirteen

L'inspiration de la coupe de cheveux est venue du sergeant Jack McNiece, qui était issu de la tribu indienne des Choctaw.

Lors du DDAY, le groupe fut largué avec le 3e bataillon du 506e régiment d'infanterie parachutiste Ils reçurent l'ordre de sécuriser ou de détruire les ponts sur la rivière Douve. La moitié ont été tués, blessés ou capturés lors du saut, mais le reste, dirigé par McNiece, a accompli sa mission. La plupart des dirigeants du 3e bataillon avaient été tués lors du saut, donc sans aucun contact avec le 3e bataillon, les officiers supérieurs ont supposé que le bataillon avait échoué dans sa mission et ont ordonné à l'armée de l'air de bombarder les ponts. Les Filthy Thirteen ont également aidé à capturer la ville de Carentan.

 

Clarence Ware, membre de Filthy Thirteen, applique de la peinture de guerre à Charles Plauda, ​​le 5 juin 1944 (Photo: US National Archives)
Sur le terrain d'Exeter, Robert Cone aide son camarade Jack Agnew à s'équiper. De gauche à droite: Joseph Oleskiewcz, George Radeka (tué le 9 juin) Jack Agnew, James F. Green et Robert Cone, du 506th PIR RHQ (Photo: US National Archives)

MONTAGE

Beaucoup de travail de nettoyage et d'ajustement en perspective sur ces figurines qui restent à cette échelle très détaillées !

Je commence par coller les bras et les parachutes (dorsal et ventral) sur mes figurines. Puis les équipements, fragiles et très petits ! Le collage de ceux-ci sera long, un par un à la colle cianolite pour une meilleure adhésion. Ce sera par la suite la sous couche avant le début de la mise en peinture.

 

Une petite "Band of Brothers"
Photo: US National Archives

L'EQUIPEMENT

Pour ces parachutages les hommes étaient lourdement équipés. En plus de l'équipement standard, ils devaient emporter une multitude d'effets spécifiques à leur mission attribuée.

L'équipement du parachutiste était constitué d'un pantalon et d'une veste de saut type M42 renforcée. On y trouve un bon nombre de poches afin d'emporter un maximum d'objets :

  • cartes
  • couteau
  • chargeurs
  • trousse de secours
  • effets personnels
  • rations

Par sangles et attaches on peut y rajouter également d'autres musettes et ceinturons pouvant contenir :

  • des portes-chargeurs supplémentaires
  • un masque à gaz
  • gourde et quart
  • jumelles
  • pelle
  • pioche
  • cisailles
  • hachette
  • boussole

Se rajoute éventuellement la baïonnette, le poignard de combat, la radio(talkie-walkie).

Bien évidemment il faut compter les deux parachutes dorsal et ventral, le gilet de sauvetage et la corde.

Ajoutez-y l'armement assez lourd selon la mission, le casque et les bottes de saut et c'est ainsi que bon nombre de parachutistes avait à porter 50 à 80 kg de matériels. Ce poids excessif entrainera des difficultés à l'embarquement, mais plus dramatique il causera la perte de bon nombre d'entre eux lors de l'atterrissage dans les zones inondées. Entrainés par le poids et emmêlés dans leurs suspentes de parachutes certains se noyèrent.

Photo : Gazette des Uniformes
Parachute dorsal
Photo: US National Archives
photo : Gazette des Uniformes
Parachute ventral de secours

LES ARMES

L'armement du parachutiste était très complet, petite revue :

 

  • Le fusil  M1 GARAND :

- semi-automatique

- calibre 7.62 mm

- chargeur 8 cartouches

- portée 450 mètres

- cadence de tir 30 coups/minute

- poids 4.9 kg

 

  • La carabine  US M1A1 crosse repliable :

- semi-automatique

- calibre 7.62 mm

- chargeur 15/30 cartouches

- portée 300 mètres

- cadence de tir 30 coups/minute

- poids 2.5 kg

 

  • Le pistolet mitrailleur "Grease gun" M3A1 :

- Automatique

- calibre 11.43 mm

- chargeur 30 cartouches

- portée 150 mètres

- cadence de tir 350-450 coups/minute

- poids 3.7 kg

 

  • Le pistolet mitrailleur Thompson M1A1 :

- Automatique/ semi automatique

- calibre 11.43x23mm

- chargeur 20/30 cartouches

- portée 150 mètres

- cadence de tir 700 coups/minute

- poids 4.78 kg

 

  • Le pistolet Colt 45   :

- Semi automatique

- calibre 11.43 mm

- chargeur 7 cartouches

- portée 50 m

- cadence de tir 20 coups/minute

- poids 1.06 kg

 

  • Le fusil-mitrailleur BAR M-1918 A2 :

 

- Automatique

- calibre 7.62 mm

- chargeur 20 cartouches

- portée 550 m

- cadence de tir mode lent 300 à 450 coups/minute

mode rapide 500 à 650 coups/minute

- poids 8.33 kg

 

  • La mitrailleuse Browning M-1919 A4  :

 

- Automatique

- calibre 7.62 mm

- chargeur par bande de 100 cartouches

- portée 1000 m

- cadence de tir 500 coups/minute

- poids 18.5 kg

 

  • Le  lance-roquettes Bazooka M1 :

 

- calibre 60 mm

- portée maximale 200 m

- cadence de tir 2 coups/minutes

- poids 5.8 kg

 

0 0 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires